TERRES INOVIA

Diffuser son expertise

Terres Inovia, l’Institut technique de la filière des huiles et protéines végétales et de la filière chanvre s’est, depuis plusieurs années, déjà, emparé du sujet des données agricoles. Nouvel exemple avec son calculateur EvA (Evaluation du risque aphanomyces à la parcelle), disponible notamment au format API sur la plateforme API-Agro.

L’Institut technique Terres Inovia, dont le mot d’ordre est « L’agronomie en mouvement », s’est doté récemment d’une direction de la data et de l’innovation numérique et compte un programme Data que Frédéric Salvi, agronome de formation et chargé d’études, pilote.

« Ce programme balaye l’ensemble de la chaîne de valeur des data : acquisition, gestion, gouvernance, valorisation et partage »
Frédéric Salvi

Terres Inovia, qui mène des travaux de recherche, de développement et d’innovation en vue d’améliorer la compétitivité des cultures oléo-protéagineuses, utilise les données agricoles pour établir des règles de décision, à l’instar du calculateur EvA.

EvA, c’est le petit nom d’un outil qui permet d’évaluer le risque aphanomyces à la parcelle de pois. « L’aphanomyces, c’est la maladie tellurique la plus fréquente et la plus nuisible du pois protéagineux. A cause d’un effet de contamination des parcelles, la culture du pois est devenue aléatoire et difficile, notamment dans son bassin historique de production, c’est-à-dire le tiers nord de la France. Pour lutter contre ce phénomène, il y a eu un programme de recherche et des actions ont été mises en place pour trouver des moyens de lutte et de diagnostic », retrace Frédéric Salvi.

Jusqu’à présent, seul un test biologique de potentiel infectieux réalisé à partir d’un échantillon de sol permettait d’évaluer le risque à l’échelle de la parcelle (examen payant). Désormais, en prenant en compte quelques informations comme l’historique en pois de la parcelle et le type de sol, l’outil mis au point par Terres Inovia permet d’ évaluer rapidement le risque aphanomyces avec un résultat à deux niveaux : risque faible ou élevé.

L’API EvA bénéficie de plus de dix ans de références

« C’est un outil pour qualifier le niveau de risque avec des données simples. L’objectif ? Préserver le rendement du pois et éviter de multiplier le pathogène », résume Frédéric Salvi. Entamée en 2017, une campagne de validation sur 120 parcelles a permis d’en mesurer la fiabilité. Bénéficiant en tout de plus de dix ans d’acquisition de références, le calculateur EvA est aujourd’hui disponible pour tous les cultivateurs désireux de mesurer le risque aphanomyces sur leurs parcelles. Accessible en ligne depuis le site de Terres Inovia, EvA est également proposé sous format API depuis la plateforme d’échanges API-Agro opérée par Agdatahub (dont Terres Inovia est par ailleurs associé). Pour préciser le risque encouru notamment en cas de résultat « élevé », le test biologique de potentiel infectieux est le bon outil car il permet d’évaluer plus finement le risque sur sa parcelle.

Une mise à disposition des données contrôlée de A à Z

« Depuis trois ans, nous avons décidé de numériser l’ensemble de nos règles de décision en utilisant la technologie API et de les mettre à disposition en interne pour nos outils d’aide à la décision. » Terres Inovia a également choisi de mettre à disposition ses API via la plateforme d’échanges de données API-Agro car cela lui permet « d’en donner l’accès à différentes parties prenantes externes ».

Pour EvA, l’idée est que l’API puisse être utilisée par des entreprises qui ont une base de données parcellaires et qui souhaiteraient appliquer le calculateur d’évaluation du risque aphanomyces de façon automatique.

« C’est dans l’intérêt général que notre travail soit le plus largement diffusé, comme on peut le faire avec API-Agro »
Frédéric Salvi

Si EvA est mis à disposition gratuitement sur la plateforme API-Agro, Terres Inovia propose une offre « découverte » pour sa réglette Azote permettant au client de tester le calculateur et de vérifier son intérêt et son adaptation à son environnement. Pour aller au-delà, il faudra se rapprocher de Terres Inovia qui fera des propositions sur-mesure en fonction du profil du client et sur la base des tarifs actuellement pratiqués.

Informatique, marketing et métier autour de la table

Pour chacune des offres de données que Terres Inovia dépose sur la plateforme API-Agro, l’institut technique réfléchit donc aux conditions de mises à disposition et utilise les fonctionnalités de la plateforme : visibilité (restreinte ou publique), acquisition gratuite ou payante, quota de téléchargements, etc. « Nous réfléchissons au cas par cas en associant à chaque fois trois compétences : informatique, marketing et métier agricole », insiste Frédéric Salvi. Dans la mise en ligne et le paramétrage de ses différentes offres, le pilote du programme Data de Terres Inovia peut compter sur le support de Nicolas Vannetzel, responsable service clients de la plateforme API-Agro. Un interlocuteur privilégié qui va continuer d’accompagner Terres Inovia ces prochains mois car l’institut prévoit la mise à disposition de plusieurs offres de données par fichiers ou API.

Résumé

Client

Terres Inovia

Produits et services

Des calculateurs, des règles de décision, des OAD spécifiques pour la filière des huiles et protéines végétales et de la filière chanvre

Secteur

Recherche, développement et innovation agricole

Taille de l’organisation

160 ETP

Pays

France

Site web

https://www.terresinovia.fr

Chiffres clés

1957 : création du Centre Technique Interprofessionnel des Oléagineux Métropolitains (Cetiom) qui fusionnera avec l’Unip en 2015 pour donner naissance à Terres Inovia
15 outils d’aide à la décision en ligne
600 essais coordonnés par an qui produisent 300.000 données expérimentales

Fonctionnalités de la plateforme API-Agro utilisées
  • Accès et échange
  • Publication d’une fiche entreprise, de thématiques et d’offres de données par fichiers et par API
  • Edition de contrats par quota en fonction du nombre de requêtes de l’API